top of page
  • Photo du rédacteurBulle de Couleurs

Célébrer nos défunts

Nous sommes dans une période charnière de l'année.

L'automne est arrivé à petits pas, les jours diminuent pour laisser place à une zone d'introspection nécessaire à la rencontre de soi avant de nous replier sur l'hiver.


Autorisons nous d'ores et déjà à prendre soin de nous, à nous reposer, à accepter nos faiblesses pour cheminer mieux encore dès que cela sera possible.


Le mois d'octobre est un mois particulier, dans toutes les cultures.

Cette année en particulier le cycle des lunes entre en conjonction avec des dates clefs.

La nouvelle lune, pleine de projets, arrivée dans le portail du 10 - 10 qui donne une impulsion pour clôturer la rentrée, et commencer autre chose en numérologie.

De très fortes énergies solaires et cosmiques également, qui viennent nous chambouler, nous agacer souvent et nous mettre face à notre passé, nos erreurs.

Et puis cette pleine lune, qui arrive ce weekend, avec sa puissance, ses insomnies, ses petites piqûres qui viennent nous obliger à regarder qui nous sommes devenus au rythme de notre propre évolution, pour pardonner à l'autre et se pardonner à soi surtout.


Pour couronner le tout, un jour particulier que nous vivons de façon assez triste et sombre dans notre culture : la Toussaint.

Pourtant c'est la fête de tous les Saints, vivants ou non, alors que le jour des défunts est le 2 novembre.

A chacun ses rites, ses croyances.. Sans aucune interférence de ma part.


C'est un moment difficile pour tous.

De nombreuses traditions spirituelles évoquent une période de l'année ou les voiles s'affinent entre les mondes.

Beaucoup de ressentis en général. Des présences. Des signes. Des rencontres. Des synchronicités..

Tout est là pour nous reconnecter aux absents qui ne le sont pas vraiment.

Il est possible de les fêter, au Mexique par exemple, des banquets sont organisés pour rappeler que nos ancêtres sont toujours parmi nous.

Il est doux de se souvenir, de prononcer des prénoms, d'évoquer nos êtres aimés dont personne ne parle plus vraiment au quotidien.

Et lorsqu'il est possible de communiquer (par l'intercession d'un médium par exemple) tout devient si clair et cohérent.

Seule l'absence reste difficile au long court.


Je vous accompagne, dans la traversée du brouillard qui nous fige lorsque les départs sont terrifiants.

Plusieurs étapes se succèdent, à un rythme qui appartient à chacun, il n'y a pas de règle quoi qu'en disent certain auteurs.

Nous devenons une autre personne, dans un nouvel environnement.

Il faut donc, à terme accepter cette rupture. Accepter la douleur.

L'écoute est une qualité nécessaire qui permet de créer une alliance thérapeutique.

N'est verbalisé que ce qui est possible au jour le jour.

Le corps s'exprime lui aussi, à sa façon, tout comme les énergies subtiles qui reflètent notre état (stress, peurs, fatigue..).

Un soin tel que le massage sonore avec les bols tibétains permet de reprendre conscience de notre corps physique, de nous ancrer à nouveau dans notre existence, dans la mesure du possible à cet instant, et cela évoluera au fil des mois.

Parfois des émotions ont alors besoin de sortir de nos cellules ou elles se sont agglutinées depuis si longtemps, d'une façon ou d'une autre (les cris sont libérateurs, les larmes épuisantes sont apaisantes..).

Parfois nous avons besoin de sortir de notre cadre pour affronter la tempête, pour rencontrer d'autres personnes bienveillantes (évitons donc quiconque nous dira d'être fort, de relever la tête, qu'il est temps de se remettre en mouvement..).

Nous pouvons aussi faire d'autres projets, juste pour avoir un objectif, trouver une direction à emprunter.

Là encore, il n'y a pas de guide ou de calendrier..


Certaines cicatrices, les plus douloureuses, ne guérissent pas vraiment, il faut l'accepter, comme ces grands arbres dont une branche a été coupée, qui vont recouvrir la plaie aux regards extérieurs mais dont la présence est vivace pour l'éternité.


Les années s'écoulent et ces fêtes des défunts viennent nous remettre en situation, nous rappeler de bons moments partagés, de moins bons aussi.

Il est nécessaire que chacun y puise des forces, des certitudes que tout ne s'arrête pas ainsi, d'aller à la rencontre des bonnes personnes avec qui partager.


Novembre est ainsi le mois du souvenir en nous orientant vers le 11 - 11, autre portail, autre mémoire, une autre nouvelle lune, qui éclairera notre chemin jusqu'à la fête des lumières début décembre, dans l'espoir de lendemains festifs..


Prenez soin de vous, je reste disponible pour échanger, répondre à vos questions, par messagerie, par téléphone..

A bientôt, Sylvie






Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page